29/09/2008

BINCHE

 binche HOTEL DE VILLE

L’hôtel de ville et son beffroi sont les témoins et les signes des libertés communales acquises par la cité sous les différents comtes de Hainaut. Alors appelé maison de paix ou maison de ville, il servait non seulement de lieu de réunion pour les édiles de la ville mais également de halle et de boucherie communale (halle à la chair). A côté de l’hôtel de ville actuel, nous trouvions d’autres halles comme celles des céréales (halle au blé) et d’autres comme celles des draperies, des friperies, des tanneries,... Le beffroi a dû être restauré au XVIe siècle après le sac de Binche de 1554 par Henri II. Cette restauration fut réalisée par Jacques du Broeucq à la demande de Marie de Hongrie. En 1736-1737, Benoît Dewez cacha la façade en grès de Bray et lui donna un style néo-classique. Il cacha également les gîtages du XVIe siècle en y ajoutant de faux plafonds. A la fin du XIXe siècle, de 1896 à 1899, Pierre Langerock remit à jour la façade précédente et les plafonds. L’hôtel de ville retrouva dès lors l’aspect qu’il avait après la restauration du XVIe siècle. Il fut ajouté à la façade 3 armoiries de pierre : celle de Charles-Quint, de Marie de Hongrie et de la ville de Binche. A l’intérieur, quatre salles particulières valent la peine que l’on s’y intéresse. Il s’agit de la Salle des Pas Perdus, la Salle des Mariages, la Salle du Conseil et le cabinet du bourgmestre. Autrefois, la Salle des Pas Perdus était la halle aux viandes, c’est-à-dire la boucherie communale. Ses murs sont en grès de Bray et le gîtage en chêne du XVIe siècle. Dans le prolongement de cette salle se trouve la Salle des Mariages. Les armoiries d’anciens magistrats de la cité sont reproduites sur les vitraux. Les murs de cette pièce sont décorés de monogrammes de Marie de Hongrie. La Salle du Conseil, à l’étage, est décorée des armoiries des gouverneurs de la ville peintes sur le mur pour rappeler celles qui ont été détruites par les républicains français le 11 novembre 1792. Dans les vitraux, nous retrouvons les armes de Charles-Quint et Philippe II, d’Albert et Isabelle, de Marguerite d’York et Marie de Hongrie, du Hainaut et de Binche. La cheminée, tout comme celle de la Salle des Mariages a été refaite sur le modèle d’anciennes pierres. Sur la hotte est peinte la devise de Charles-Quint : Plus Oultre ! Le Cabinet du Bourgmestre, à côté de la Salle du Conseil fut autrefois la salle d’audience des magistrats. Sur les vitraux, des cartouches rappellent les noms de Binchois illustres. Sur la hotte de la cheminée, un arbre généalogique nous apprend les noms des magistrats du XIXe siècle. La cage d’escalier permettant d’accéder du rez-de-chaussée au premier étage a été décoré pour le 400e anniversaire des fêtes de 1549. Ce fut Suzanne Pletincks, une artiste de Binche qui eut la charge de cette oeuvre. Il s’agit de peintures évoquant les dites fêtes.

20:01 Écrit par JP - CHARLY dans ENTITE DE BINCHE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : binche |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.